Kennedy aurait-il pu être sauvé par sa Lincoln ?

Alors que de nombreux documents relatifs à l'assassinat de John F. Kennedy viennent d'être déclassifiés avec l'accord de Donald Trump, revenons sur la Lincoln dans laquelle il paradait le jour de sa mort avec une question, une autre configuration aurait-elle pu le sauver ?

À la base, nous avons affaire à une 1961 Continental 4 portes (ouverture suicide) cabriolet sortie du site d'assemblage de Wixom, Michigan, et qui coûte à l'époque 7 347 dollars. La Maison-Blanche la loue pour 500 dollars par an à Ford et l'envoie chez le célèbre carrossier Hess and Eisenhardt situé à Cincinnati, Ohio. Ce dernier effectue pour 200 000 dollars de travaux
Pour cette coquette somme, sont installées la grille de calandre du modèle 1962, la radiotéléphonie et une banquette arrière qui s'élève hydrauliquement de 10 pouces ou 25,4 cm. La voiture est étirée de 3,5 pieds ou 1,07 mètre au bénéfice des places arrière.
Tout ceci est sympa mais c'est néanmoins un autre équipement qui intéressera mes lecteurs complotistes, un toit en dur composé de panneaux en plastique clair est fabriqué et peut se ranger dans le coffre. Se pose du coup la question de savoir si Kennedy aurait été sauvé si celui-ci avait été en place. La réponse est probablement non, même si nous n'en serons jamais sûrs, dans la mesure où cette pièce n'est pas étudiée pour être à l'épreuve des balles.
Pour s'en comvaincre, il suffit de faire une comparaison avec The Beast qui transportait Barack Obama et qui continue, en attendant sa nouvelle version, à en faire de même avec Donald Trump. Ici, tout est blindé et les pneus sont renforcés au kevlar. Pour vous donner une idée, les portières arrière font 8 pouces ou 20,32 cm d'épaisseur, c'est à dire autant que la porte de la cabine principale d'un Boeing 757, et le poids total de la limousine est de 15 000 livres ou 6,8 tonnes.
En clair, la Lincoln Continental de Kennedy n'offrait aucune protection sérieuse à son hôte et le laissait à portée du premier taré venu. Aujourd'hui, Trump ne risque quasiment rien à bord de sa Cadillac.

Commentaires

Articles les plus consultés depuis une semaine

Brèves du monde

Ram, Mike Manley veut un successeur au Dakota