Renault-Nissan/Mitsubishi, les possibles conséquences pour FCA

Nous avons appris ce matin que l'alliance Renault-Nissan prenait 34% de participation dans Mitsubishi, ce dernier était bien affaibli depuis le scandale des niveaux de consommation de ses voitures. Si GM et Ford ne seront sans doute pas impactés par cette nouveau rapprochement, FCA pourrait en revanche rencontrer quelques difficultés.

Aujourd'hui, l'Italo-Américain distribue Mitsubishi au Mexique et cela devrait pas durer, pourquoi ? C'est très simple, Nissan a vendu 293 204 autos dans ce pays en 2015, sa part de marché est de 25,8%. En comparaison, FCA n'a écoulé que 103 052 autos, sa part de marché se monte à 7,62%. Conclusion, le Nippon n'a besoin de personne pour distribuer un peu plus de 15 000 Mitsubishi par an.
Autre conséquence, l'avenir de l'Attitude, une Mitsu Mirage avec logo Dodge, devient incertain, un vrai soucis car il s'agit du modèle de FCA le plus vendu au Mexique (19% en volume). Renault-Nissan n'a aucune raison de faire un quelconque cadeau à un concurrent mais ce rebadging lui met un peu de beurre dans ses épinards. Si la voiture disparaît, la nouvelle Dodge Neon, une Fiat Tipo américanisée, est bien plus chère et ne pourra pas boucher le trou.
Enfin, le mariage Renault-Nissan/Mitsubishi pourrait avoir des conséquences aux USA. Marchionne cherche un confrère qui lui fournirait "clé en main" les remplaçantes des Dodge Dart et Chrysler 200, Mitsubishi faisait partie de la liste des partenaires éventuels. Nous pouvons aujourd'hui oublier l'affaire, Nissan ne voulant sans doute pas d'une concurrence inutile pour ses Sentra et Altima.

Commentaires

Articles les plus consultés depuis une semaine