Les constructeurs américains et l'AEB : bon point pour Tesla, carton rouge pour Ford

L'année dernière, 20 constructeurs automobiles se sont engagés avec la NHTSA à installer un AEB sur tous leurs véhicules légers d'ici septembre 2022. Où en sont les marques américaines dans ce domaine aujourd'hui ? Soyons clairs, le meilleur côtoie le pire.

Malgré les polémiques avec Consumer Reports sur une désactivation de cet équipement qui fut un peu longue, il n'en reste pas moins que Tesla (avec Mercedes pour la petite histoire) en monte un sur chacune de ses voitures commercialisées, du bon boulot.
General Motors est le plus en avance des Big Three mais le ratio tombe à 20% des véhicules neufs. Reste qu'il demeure loin de ses rivaux locaux, ceux de FCA et Ford sont en effet de 6% et 2% respectivement. À titre de comparaison, le groupe Toyota équipe 56% de ses modèles d'un AEB, la marque Volkswagen 36% (73% chez Audi) et Subaru quasiment toutes ses autos. A contrario, Jaguar- Land Rover et Porsche sont à 0, Kia et Mitsubishi restent en dessous de 10%.
GM déclare continuer d'étendre la disponibilité de cet équipement de sécurité et que 2/3 de ses modèles en offrent un. Une porte-parole de Ford, Elizabeth Weigandt, souligne que l'AEB est dispo sur un certain nombre de véhicule et que ce sera standardisé dans le temps. Un collègue de FCA parle d'alerte de collison, mais une alerte ne freine pas la voiture en cas de danger, et nous rassure, l'échéance 2022 sera respectée.
En 2016, la circulation routière a tué 37 461 personnes aux USA, + 5,6%, dont 5 987 piétons, + 9%, un record, dont nous nous serions bien passés, depuis 1999. Selon la NHTSA, l'installation d'un AEB sur chaque auto pourrait éviter 28 000 collisions et 12 000 blessures en 2025.

Via Reuters, Left Lane

Commentaires

Articles les plus consultés depuis une semaine