Voitures électriques et travail des enfants, Tesla en pointe...Comparé aux autres

Les constructeurs autos vérifient-ils bien que l'extraction du cobalt utilisé dans la production des batteries de leurs voitures électriques respecte les droits humains ? S'assurent-ils que ce travail n'est pas fait par des enfants (ou même des adultes) dans d'atroces conditions ?

Dans un rapport qu'il vient tout juste de publier, Amnesty International fait le bilan des progrès réalisés, ou pas, en la matière par les les acteurs du secteur depuis janvier 2016 (date à laquelle le problème avait été soulevé une première fois) par rapport aux filières d'approvisionnement en République démocratique du Congo, un pays qui assure 50% de la production mondiale de cobalt et dont 20% de l'extraction de celui-ci est faite manuellement par des adultes ou des enfants dont je n'ai pas besoin de vous dépeindre le quotidien.
L'ONG en charge de la défense des droits de l'homme place Tesla comme étant le meilleur élève chez les constructeurs automobiles ou devrais-je dire comme le moins mauvais. La firme de Palo Alto entre dans la catégorie "Mesures modérées prises" aux côtés de LG Chem qui fournit de nombreux acteurs du secteur, à commencer par la batterie de la Chevrolet Bolt EV. GM et FCA sont un cran en dessous avec des "Mesures minimum prises", ce n'est pas génial mais c'est moins pire que Renault ou BYD qui se fichent visiblement de savoir comment est extrait le conbalt qu'ils utilisent.
Le rapport d'Amnesty traduit en français se trouve ici.

Via Amnesty International

Commentaires

Articles les plus consultés depuis une semaine