Elio Motors, à l'amende

Déjà pas en grande forme financière, c'est un doux euphémisme de le dire, Elio Motors se voit en plus infliger deux amendes de 272 500 dollars par l'État de la Louisiane, la société y a son usine (à Shreveport pour être précis), soit un total de 545 000 dollars.

Ces deux sanctions sont la conséquence du fait qu'Elio Motors n'a pas ni licence de constructeur, ni licence de vendeur automobile. Pis, si l'entreprise ne les obtient pas dans les 60 jours, le décompte part de lundi, elle devra payer 5 000 dollars d'astreinte par jour, autant dire que cela fait mal. Autre décision qui n'arrange pas ses affaires, elle doit séparer les dépôts remboursables et non remboursables de ses clients, qui ont le choix entre les deux, et placer les premiers dans un compte séquestre.
Dans un communiqué, Paul Elio annonce faire appel de cette décison, arguant qu'il n'est pas encore un constructeur auto. Il souligne au passage que la Louisiana Motor Vehicle Commission, qui lui inflige les amendes, est constituée en premier lieu de concessionnaires traditionnels (Elio Motors veut faire comme Tesla, vendre directement au consommateur).
Dans un document transmis au SEC, le gendarme de la bourse américaine, la société déclarait avoir 120 000 dollars en caisse et un déficit de 24 millions de dollars fin 2016. Il lui faut 376 millions pour démarrer la production de son trois roues, d'ici la fin de l'année en théorie.

Via ArkLaTex

Commentaires

Articles les plus consultés depuis une semaine

Cars.com publie son American Made Index 2019

2020 Cadillac CT4, saveur turbo