Chrysler refuse de rappeler 2,7 millions de Jeep comme le demande la NHTSA

Nouveau rebondissement dans l'affaire des 1993 / 2004 Jeep Grand Cherokee et 2002 / 2007 Jeep Liberty dont les réservoirs à essence sont accusés de prendre feu en cas de collision, la NHTSA demande au groupe Chrysler de rappeler 2,7 millions de véhicules mais ce dernier refuse de le faire. Je vous propose de découvrir les arguments de chaque partie.

Pour la NHTSA le risque d'incendie du réservoir à essence en plastique en cas de collision est réel. La cause est l'emplacement de celui-ci qui est entre le pare-choc arrière et l'essieu. L'agence fédérale dénombrait 15 décès et 41 blessures éventuellement liés à cette malfaçon l'an dernier.
De son côté Chrysler nous fait un speech sur la priorité accordée à la sécurité et à la qualité de ses véhicules par la voix de Sergio Marchionne mais surtout affirme que les Jeep qui sont dans le collimateur de la NHTSA ne sont pas plus dangereux que les autres et qu'ils répondent (voire dépassent) à toutes les normes en vigueur. Il conclut en disant que les accidents pointés se produisent moins d'une fois par million d'années de fonctionnement du véhicule.
Les suites possibles à cette affaire sont une audience publique formelle diligentée par la NHTSA pour forcer Chrysler à coopérer mais le constructeur peut toujours contester devant un tribunal fédéral.
Reste qu'il est très rare qu'on en arrive à une telle extrémité, ne serait-ce qu'à cause de la mauvaise publicité générée, mais nous parlons ici d'un très gros rappel potentiel alors...

Via Left Lane

Commentaires

Articles les plus consultés depuis une semaine

Cars.com publie son American Made Index 2019