GMC, machine à cash de GM

Lorsque GM est passé sous Chapitre 11 en juin 2009, Saturn, Pontiac, Hummer et Saab ont tous été sacrifiés ou vendus, Buick ne doit sa survie que grâce à la Chine et il s'en est fallu de peu pour que GMC rejoigne la funeste charette. Presque 10 ans plus tard, le sauvetage du spécialiste du truck et du SUV s'avère être une bonne opération.

GMC n'est présent que dans deux zones géographiques, l'Amérique du Nord et le Moyen-Orient, malgré cela, il a généré 24 milliards de dollars de revenus en 2017, soit 16% du total réalisé par GM et autant que Porsche. La formule employée est très simple, prendre un pick-up ou un SUV Chevrolet, ajouter des chromes, du cuir ainsi que des matériaux de qualité (ok les Acadia et Terrain sont aussi recarrossés mais en gros c'est ça) et vous obtenez une fantastique machine à cash. Le résultat ne donne peut-être pas le même cachet qu'une Audi ou une Lexus mais à l'heure où le consommateur se détourne des berlines pour ce qui est ce qui est sa spécialité, cela n'a finalement pas d'importance.
En moyenne, un client de GMC dépense 44 000 dollars, soit 13 000 dollars de plus que celle de l'industrie et 36% de plus que Chevrolet. La raison s'appelle Denali, la griffe haut de gamme de la marque. En 2017, elle représentait 29% du total des ventes de GMC contre 21% en 2014. Selon J.D. Power, ceux qui cèdent à ses charmes signent en moyenne un chèque de 55 600 dollars, personne ne fait mieux aux USA, pas même Mercedes, BMW ou...Cadillac. Pis, il s'agit clairement du point noir à régler pour GM, non seulement les GMC Denali partent pour plus cher que les Cad' mais surtout, il s'en vend davantage. Gageons qu'avec quelques SUV supplémentaires, la plus premium de ces deux marques prendra sa revanche mais le 2019 Sierra permettra à son rival interne de continuer à croître.

Wall Street Journal via GMI

Commentaires

Articles les plus consultés depuis une semaine

Détroit 2019, Cadillac EV